Le journal interne : bien plus qu’un journal

Une entreprise est avant tout composée d’êtres humains… Cette affirmation vous paraît frappée au coin du bon sens ; pourtant, pour avoir visité de nombreuses organisations de toutes tailles et de toutes sortes, je crois nécessaire qu’on se la remémore régulièrement.

Ces êtres humains, à la différence des machines, éprouvent des émotions, des sentiments, ressentent des besoins d’appartenance ou de reconnaissance, etc. (là non plus, je ne fais preuve ni d’originalité, ni même d’une acuité particulière). C’est pourquoi il est essentiel d’entretenir un lien entre les femmes et les hommes qui composent cette drôle d’entité qu’est une entreprise.

À l’heure où de nombreux secteurs d’activité sont en tension, à l’heure où les individus attendent davantage de sens au travail, où les entreprises se soucient de plus en plus de leur marque employeur, j’ai eu envie de vous parler d’un must de la communication : j’ai nommé le journal interne.

Au-delà du simple média, le journal interne est un formidable outil de cohésion, de transmission ou d’intelligence collective, qui crée un solide sentiment d’appartenance. Ses vertus sont trop nombreuses pour être détaillées ici, et différentes selon le projet et la forme.

Car il existe plusieurs manières de considérer son journal interne. Pour ma part, je suis intervenu sur nombre d’entre eux depuis le milieu des années 1990, de la réécriture à la participation aux comités de rédaction en passant par les interviews, la rédaction d’articles ou encore le choix des sujets. À chaque cas son mode de fonctionnement. Voici deux exemples.

Tout d’abord, POMAGAZINE, que je rédige entièrement depuis maintenant plus de 10 ans (bon sang !) pour… POMA. Ici, le journal est conçu de manière totalement horizontale. Le directeur de la publication et maître d’œuvre est un collaborateur de l’entreprise qui ne fait pas partie du service communication. À chaque numéro, il me présente des interlocuteurs qui me parleront de leur parcours, de leur métier, de leur service ou de leur passion.

Concernant ICEM Inside, magazine du pôle Industrie Centre-Est Méditerranée de VINCI Energies, tout commence par un comité de rédaction animé par le responsable marketing et communication. Le comité en question est composé de certains représentant des 44 entreprises du pôle, ainsi que de la directrice de clientèle de l’agence Trait d’Union et de votre humble serviteur.

« Et les sujets ? », me direz-vous… Eh bien, si le choix est vaste, la sélection doit être rigoureuse : qui sommes-nous, à qui parlons-nous, où souhaitons-nous aller ? Je peux en tout cas recommander de privilégier l’humain même si l’on parle de technologie ou de business, d’évoquer la stratégie de l’entreprise, d’aborder régulièrement sa politique RSE, de laisser toujours une place à une rubrique « Passion », « Loisirs », voire « Jeux »

Je terminerai par la rédaction. Selon l’activité et la taille de l’entreprise, son lectorat et l’objectif poursuivi, il est important d’adapter le ton : institutionnel, proche ou encore humoristique. Chaque détail compte : le rédacteur doit-il s’adresser directement au lecteur en utilisant le « vous » ? Doit-il toujours désigner un témoin ou un intervenant par son nom et son prénom ? Etc. Mais surtout, je crois qu’un texte de qualité demande beaucoup d’empathie. Lors de mes entretiens, je vis toujours des moments intenses avec mes interlocuteurs, car ils sont tous uniques.

Monsieur Arnault et mon cognassier du Japon

J’ai une petite terrasse et parfois, dans la nuit, j’allume la lumière pour admirer les fleurs de mon cognassier du Japon. L’autre jour, j’ai entendu Monsieur Arnault fils dire qu’il utilisait son jet privé, semble-t-il uniquement pour faire des affaires. Et qu’en faisant des affaires avec son jet privé, il faisait vivre X dizaines de milliers de salariés. Alors, il ne fallait pas le blâmer. Bon.

Mais moi, quand j’allume la lumière pour admirer les fleurs de mon cognassier du Japon, je me sens un peu coupable parce que ça dépense de l’énergie pour rien alors qu’il faut qu’on devienne sobres. Donc j’éteins, et je ne vois plus les jolies fleurs de mon cognassier du Japon.

Les économies d’énergie doivent être un effort commun, c’est important. Par exemple, les cadres et les employés de Messieurs Arnault père et fils (et même des chefs d’États) organisent des visioconférences pour dépenser moins d’énergie. Messieurs Arnault ne pourraient-ils pas faire de même ? Comme ça je pourrais regarder mon cognassier du Japon un peu plus longtemps et ça me ferait un peu plus de bien. Sinon, je pourrais me dire que puisque Messieurs Arnault prennent leur jet privé sans penser à dépenser moins d’énergie, moi je n’aurais qu’à regarder mon cognassier du Japon toute la nuit sans éteindre la lumière, pendant qu’on y est.

Moi c’est tout ce que je connais du Japon, ce cognassier du Japon. C’est un tout petit bout de Japon chez moi. C’est pour ça que j’aimerais bien que Messieurs Arnault prennent moins souvent leur jet privé ; je n’en irais pas pour autant au Japon, mais je me sentirais moins coupable de laisser un peu la lumière allumée pour regarder mon élégant cognassier du Japon avec ses belles couleurs dans la nuit.

 

Cognassier du japon Scarlett Storm

C’est la crise ? Communiquons !

Bon, bon, bon…

On ne va pas se mentir, on a déjà eu des débuts d’années plus prometteurs. Je ne nous dresserai pas la liste des réjouissances potentielles, nous les connaissons tous par cœur et il y en a pour tous les goûts. Alors on fait comment ?Images vectorielles gratuites de Calendrier

Une fois n’est pas coutume, je vais me permettre un petit plaidoyer pro domo. Car, alors qu’en temps de crise de nombreuses organisations réduisent leurs budgets communication de manière drastique, n’y aurait-il pas mieux à faire ?

Une société en perspective de crise – ou plus précisément, concernant le moment présent, une société exposée à des menaces plurielles – a tendance à se rétracter, à se replier sur elle-même dans un réflexe d’autoprotection. Et il en va malheureusement trop souvent de même des différents acteurs économiques qui la composent. Ainsi, à l’instar du concept de prophétie autoréalisatrice, on pourrait dire que dans certains cas, la crainte de la crise intervient avant l’arrivée de la crise et provoque… la crise. On diminue les dépenses, on communique moins ou on ne communique plus.

Comme il est clair que le bon fonctionnement d’une organisation humaine est en grande partie basé sur une circulation fluide des biens, des énergies ou encore des informations, le silence et l’attentisme sont tout naturellement contreproductifs.

Bien entendu, durant une période délicate, il convient d’être prudent et d’agir sur les bons leviers. Pour ma part, je crois que la communication en est un. Et si certains décident de moins communiquer ou de ne plus communiquer du tout, je ne propose pas de communiquer davantage, mais de communiquer, tout simplement. Et de communiquer autrement.

Plus de 200 illustrations gratuites de 2023 et de Nouvel An - Pixabay

En phase de crise (ou de crise imminente), les occasions de prises de parole sont nombreuses. Quelques exemples en communication externe :

> saisir les opportunités pour démontrer son utilité ;

> faire preuve de sa solidité et de sa bonne santé ;

> diffuser un message positif ;

> sur le marché de l’emploi, valoriser sa marque employeur, attirer les talents ;

> ou tout bonnement occuper le terrain et communiquer quand les autres ne le font pas (car ne l’oublions pas : il y a toujours un après).

En communication interne :

> renforcer le sentiment d’appartenance et l’esprit d’équipe ;

> diffuser (là aussi) un message positif ;

> fidéliser les collaborateurs ;

> valoriser la mission de chacun ;

> ou encore faciliter la circulation de l’information lorsque les équipes ou les individus peuvent se trouver isolés.

Ces deux dernières années nous ont réservé des surprises, et nous en attendons d’autres. Certains observateurs avancent même que nous sommes en crise depuis 2007 ; ou plutôt que depuis 2007, chaque année apporte sa nouvelle crise. Alors que le mot « résilience » a été quelque peu usé et maltraité tant il est entré dans le langage du quotidien, n’oublions pas qu’un concept s’adapte particulièrement bien aux épisodes que nous vivons ; il est nommé « créativité ».

2023, année créative !

Prévisions numérologiques pour 2023. Calcul de votre année personnelle.

Avec tous mes vœux chaleureux et amicaux.

Et pour finir, si vous alliez jeter un coup d’œil sur mon portfolio ?